OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Géographies des fantômes » – appel à articles pour Géographie et cultures

Appel à contributions pour le numéro spécial de la revue Géographie et cultures consacré aux fantômes (coord. Francine Barthe-Deloizy, Marie Bonte, Zara Fournier et Jérôme Tadié). Les textes (entre 35 000 et 50 000 signes) sont à soumettre à la rédaction de la revue (gc@openedition.org) pour le 15 novembre 2017. Une déclaration d’intention (titre et petit texte) est également demandée auparavant.

Les informations et consignes aux auteurs sont disponibles à cette adresse : http://calenda.org/404698

Lire la suite

Jakarta Leaders

« En quête de leaders locaux à Jakarta – regards croisés depuis Johannesburg », C.Bénit-Gbaffou et J.Tadié.

Article publié dans L’Espace politique, no 30, décembre 2016.

 

Résumé :

Cet article part de débats animés, engagés entre deux géographes intéressés par la ville et le politique, pour définir les contours du concept d’informel politique, notamment sur la question de la place de l’Etat, de ses règles et pratiques dans le façonnement des jeux de pouvoirs en milieu urbain. Leur entrée, fondée sur la discussion de l’objet de recherche de Claire à Johannesburg, remobilise un terrain plus ancien de Jérôme à Jakarta. Ils partent de la recherche des figures du leadership de quartier à Jakarta, comme révélateur de pratiques politiques locales mais aussi de contextes urbains, politiques et institutionnels. Le dialogue montre un processus de construction intellectuelle où les concepts sont éminemment liés aux contextes de terrain qu’ils servent à décrypter, et construits de manière itérative et dialogique. Il se conclut sur une définition opératoire du concept d’« informel politique », mais aussi, pour chacun des interlocuteurs, par une relecture de leur propre terrain, face à celui de l’autre.

Lire la suite

Confins Inverses

Dossier « Espaces urbains et informalité politique au Brésil », revue Confins.

Ce dossier porté par Nicolas Bautès, Marie Morelle et Gabriel de Santis Feltran fait suite à des journées d’étude organisées à Paris en mai 2014 pour poser les bases d’un dialogue entre une dizaine de chercheurs, français et brésiliens, engagés dans l’étude de l’exercice du pouvoir en ville. L’objectif est comprendre comment, dans nos différents espaces d’étude, se forment, se maintiennent, s’articulent ou s’opposent une pluralité de pouvoirs et leurs effets dans la production et le contrôle des villes et de leurs populations.  En écho aux travaux d’Inverses, il sait de se décentrer de l’analyse des politiques urbaines depuis leur cadre formel pour saisir le politique dans des arènes informelles et dans ses relations avec des formes institutionnalisées de gouvernement.
Plus précisément, ce dossier souhaite rendre accessible à un public francophone des articles d’anthropologues et de sociologues brésiliens sur les formes contemporaines de gouvernement des villes du Brésil. Tout en donnant la priorité à des écrits récents de chercheurs travaillant à titre principal à São Paulo et à Rio de Janeiro, ce dossier esquisse une généalogie partielle de la pensée urbaine au Brésil, en publiant, en français, deux des articles fondateurs de Luis Antonio Machado da Silva et de Michel Misse.

Lire la suite

Garages

« Mécanique « de rue » en banlieue parisienne : régulations politiques et justifications », S.Jacquot et M.Morelle

Communication au colloque international  » Le changement urbain : stratégies entrepreneuriales, pratiques citadines et régulations politiques. Regards croisés Paris-Europe « , 19-21 janvier 2017, Paris.

 

Cette communication vise à analyser, dans un territoire de la banlieue parisienne désindustrialisée et en cours de rénovation, la présence et les conditions du maintien d’activités de service informelles, à destination de clientèles populaires. Nous traiterons principalement de la mécanique et réparation automobile « de rue . Cette activité croise de façon importante le fait migratoire, tant par la provenance de leurs auteurs que par l’origine des clients.

Nous souhaitons rendre compte de l’ancrage territorial de ces activités économiques informelles et de leur articulation à d’autres activités commerciales légales. Nous voulons également discuter des régulations publiques et privées auxquelles elles donnent lieu, de la tolérance tacite et précaire à des politiques publiques de formalisation ou d’éviction, dans un contexte de régénération urbaine. Dans ces régulations il s’agit aussi de considérer les formes d’organisation déployées par les auteurs de ces activités et le rapport qu’ils entretiennent avec la règle de droit.

Cette analyse, menée tant sur le plan des pratiques entrepreneuriales que politiques, veut discuter in fine des registres de justification en présence, déployés tant dans les politiques de régulation que par les praticiens. Cette question des justifications ouvre la voie à une discussion sur les normes en présence. Nous souhaitons étudier non seulement la régulation/régularisation des activités commerciales informelles à destination de clientèles populaires et en grande partie issues de parcours migratoires, mais aussi comprendre les économies morales qui en découlent.

Lire la suite

ainformalite-politiquec

Parution du no 29 de l’Espace politique : « Informalité politique, pouvoirs et envers des espaces urbains »

sous la direction de S.Jacquot, A.Sierra et J.Tadié

Table des matières et liens vers les articles :

Lire la suite

Jatinegara

Journée d’études « Villes dans le noir », 12 octobre 2016, université Paris-Diderot

De 9h à 18h, bâtiment Olympe de Gouges, université Paris-Diderot, 8, place Paul-Ricoeur – 75013 Paris

Lien vers le programme (pdf)

Organisée par le Groupe ville de l’Urmis et l’axe Production, politiques et pratiques de la ville du Cessma.

 

Programme

9h :      Accueil et introduction

Acteurs et ambiances nocturnes (discutant : Nicolas Puig)

9h30 :       Didier Nativel, « Réflexions sur les ambiances nocturnes de villes coloniales d’Afrique subsaharienne »

10h00 :     Habib Belaïd, « Pratiques festives nocturnes à Tunis à l’époque coloniale »

10h30 :     Thomas Fouquet, « La nuit urbaine, une ‘troisième aire’ citadine ? Quelques hypothèses sur la nocturnité à Dakar »

11h00 : pause

11h30 :     Risa Permanadeli, Jérôme Tadié, « Des citoyens invisibles dans l’aménagement de Jakarta : Fantômes et occupation des espaces nocturnes de la ville. »

12h00 :     Chantal Chanson-Jabeur, « Une ville sous couvre-feu : l’exemple de Tunis (de 1930 à 2016) »

12h30 :     Synthèse et discussion

13h-14h30 : Déjeuner

Gérer l’obscurité (discutante : Monique Bertrand)

14h30 :     Odile Goerg, « ‘The present lights in the streets […] only served to intensify the darkness’ : éclairage, municipalités et citadins au tournant du XXème s., Freetown-Conakry ».

15h00 :     Rémi Desmoulière, « Territorialités nocturnes des transports en commun dans l’agglomération de Jakarta »

15h30 :     Francesca Pilo’, « Pannes électriques et divisions de l’espace urbain à Rio de Janeiro: une lecture politique »

16h00 : Pause

16h30 :     Robert Ziavoula, « Fiat lux, et l’obscurité vint. L’éclairage public comme métaphore politique à Brazzaville »

17h00 :     Kali Argyriadis (Urmis, IRD) : « De apagones y alumbrones : expériences, usages et mémoires des coupures d’électricité à La Havane » »

17h30 :   Synthèse et clôture de la journée

Lire la suite

Rio de Janeiro

Restitution des travaux du programme « Gouvernement urbain et illégalisme », 12 juillet 2016

Partant de recherches conduites dans plusieurs contextes urbains (périphéries de Paris, de Sao Paulo et de Rio de Janeiro), le programme regroupant plusieurs membres d’Inverses (Nicolas Bautès, Marie Morelle et Sébastien Jacquot) a pour objectif de discuter de l’organisation d’activités informelles et illégales (trafics de drogue, de voitures, mécanique et restauration « de rue », commerce ambulant).
Il s’intéresse aux manières dont les individus justifient leurs activités et tentent d’en maintenir l’exercice. Il étudie les pratiques et les discours des institutions et de leurs agents en charge de leur répression, de leur catégorisation, éventuellement de la normalisation de leurs activités, au fondement d’un ordre urbain. De manière plus large, il discute des reconfigurations urbaines dans des contextes économiques et politiques contemporains et réfléchit à l’approche comparée comme démarche dans un décloisonnement des études urbaines d’une aire culturelle à l’autre.

 

 

Lire la suite

Evictions de Pluit

« Jakarta, une capitale sous contrôle? » de J.Tadié

Publication de « Jakarta, une capitale sous contrôle ? » de J.Tadié, in R.Madinier (dir.), Indonésie contemporaine, Paris et Bangkok: Les Indes savantes et Irasec, 2016, p.97-110.

Résumé:

Lieu central du pouvoir indonésien, de son organisation et de la croissance économique du pays, Jakarta apparaît comme l’emblème de l’Indonésie. À la fois creuset des différentes populations de l’Archipel, centre économique et politique, symbole d’un pays indépendant depuis plus d’un demi-siècle, la ville frappe souvent par sa complexité. Terrain de contraste entre populations pauvres et populations plus riches, lieu de rapide transformation et reflet d’une économie asiatique en pleine croissance – bien que parfois marquée par des retours de bâton que sont les émeutes ou la récession – c’est une métropole à la fois mouvante et dynamique, mais aux structures sociales, économiques et politiques que d’aucuns qualifieront d’étonnamment stables. Ici, les questions de pouvoir se transcrivent dans les luttes politiques afin de contrôler le devenir de la capitale, de conquérir le poste de gouverneur de la ville ou le Parlement provincial ; mais aussi par les manières dont on gouverne la ville au jour le jour : par le constant remaniement du tissu urbain ou face aux problèmes administratifs, sociaux ou environnementaux récurrents – des incendies aux inondations en passant par les embouteillages et les problèmes liés à la pauvreté. Ainsi depuis son implantation à l’époque coloniale jusqu’à l’heure actuelle, les politiques d’aménagement urbain sont le reflet de différentes visions de la société indonésienne, entre urbanisme de vitrine et traitement des habitants. Ce chapitre approfondit cette relation en analysant dans un premier temps le développement de la capitale et ses significations, avant d’étudier la diversité et les disparités du tissu urbain. Dans un dernier temps, et selon un changement d’échelle au niveau le plus local, il pose la question de la nature de l’exercice du pouvoir indonésien au jour le jour.

Lire la suite

Ortigas

« Nuits américaines à Manille. Centres d’appels et nouveaux quartiers nocturnes », de J.Tadié

J.Tadié, « Nuits américaines à Manille. Centres d’appels et nouveaux quartiers nocturnes », Sociétés politiques comparées, 38, jan.-avr. 2016.

Cet article analyse les fonctionnements nocturnes de Manille, à partir de la translation d’activités d’externalisation des services aux entreprises (les centres d’appel en particulier) dans l’agglomération la nuit. Ces centres se sont développés à contretemps des rythmes quotidiens de l’agglomération, au service des Etats-Unis principalement. Ils brouillent ainsi les frontières diurne-nocturne. Cet article montre en quoi la nuit influe sur ces activités, mais aussi comment ce secteur remodèle la ville la nuit. Une première partie analyse les tentatives pour dissocier la nuit de l’activité économique qui s’y déroule ; avant d’étudier comment on a tenté de la domestiquer ; une troisième montre comment, malgré ces tentatives, la nuit reste influente non seulement sur les rythmes et conditions de travail mais aussi sur les représentations associées aux employés de nuit.

Article disponible ici

 

 

Lire la suite